Rotations avec maïs : soja et couvert d’avoine, un pari gagnant

Dans le Sud-Ouest, de nombreux agriculteurs ont diversifié leurs cultures, notamment en (ré)introduisant du soja. Depuis trois ans, Arvalis compare une rotation maïs-soja, avec une avoine CIVE un an sur deux, à la monoculture de référence sur des terres noires du Béarn.

La plateforme Syppre du Béarn est située sur des sols de « touyas ». Ces sols sont profonds, limoneux et riches en matière organique, non irrigués. Ils sont particulièrement favorables à la culture du maïs grain. Le système de référence – la monoculture de maïs mulchée et labourée – est très performant économiquement. Mais il souffre de fortes pressions d’adventices et de ravageurs, notamment de taupins. Ce système doit également faire face aux évolutions règlementaires, la Politique Agricole Commune imposant de diversifier les assolements.

couvert d’avoine CIVE
Dans le contexte béarnais, le couvert d’avoine CIVE (culture intermédiaire à valeur énergétique) présente une bonne productivité (6 tMS/ha).

Afin de répondre à ces contraintes, les objectifs régionaux prioritaires – fixés dans le cadre des travaux de la plateforme Syppre Béarn – sont donc la maîtrise des coûts de production du maïs et le maintien de la rentabilité des systèmes. L’introduction de cultures de diversification ne doit pas dégrader la marge nette.

Pour cela, différents leviers ont été identifiés comme :
– l’introduction de couverts végétaux à visée agronomique et énergétique (CIVE),
– l’ajustement de l’itinéraire technique du maïs,
– la mise en rotation avec l’introduction de céréales ou du soja,
– la couverture permanente des sols pour limiter les levées d’adventices,
– des techniques innovantes de semis de couverts et de simplification du travail du sol.
La présence de légumineuses dans les couverts végétaux vise à diminuer la fertilisation minérale. En complément, l’ajustement de l’itinéraire technique du maïs a pour but de limiter les coûts de production (frais de séchage) et de favoriser le développement des couverts semés après la récolte. Huit systèmes de culture ont ainsi été expérimentés

Lire l’article complet

Sur la même thématique

 

Prudence sur la maitrise des adventices

Sur Syppre Champagne, la maitrise des adventices est globalement bonne sur les céréales, mais la prudence est de mise sur certaines d’entre elles. Sur une plateforme où le potentiel de

Dans la même région

 

 

Le tournesol, une culture à optimiser

Sur la plateforme Syppre du Berry, l’heure est au semis du tournesol. Une culture qui gagne à être valorisée, tant elle multiplie les atouts agronomiques. Viser un début de floraison

A lire aussi

 

Colloque Syppre Berry

Les colloques Syppre à l’honneur dans la presse

Les colloques Syppre ne sont pas passés inaperçus aux yeux de la presse nationale et locale. Découvrez ce qu’ils en disent. Revue de presse des colloques Syppre Le paysan Tarnais, 23 mai 2024 Dans l’édition print de la semaine du 23 mai, l’hebdomadaire agricole et rural en région du Tarn donne un avant-goût des enseignements

Les derniers
articles