L’Action Syppre lauréate des ITA’Innov

Article publié le 16 octobre 2019

La remise des trophées ITA Innov 2019 se tenait ce 15 octobre à Paris. L’Action Syppre a été récompensée dans la catégorie « Equipe innovante ». Le jury distingue ainsi l’originalité de ce projet inter-instituts (fédérant Arvalis – Institut du Végétal, Terres Inovia et l’ITB), son fonctionnement remarquable et sa contribution à la création de valeur au sein des filières et des territoires.

Le jury de l’édition 2019 des ITA’Innov récompense l’Action Syppre en tant qu’ « Équipe innovante ». Ce trophée récompense le mode de fonctionnement de Syppre qui mise sur la co-construction, avec différents acteurs du monde agricole et en particulier les agriculteurs.

Pour ce faire, Syppre met l’accent sur la cohésion des équipes et leur implication. Les 26 collaborateurs des trois instituts agricoles grandes cultures (ARVALIS-Institut du végétal, Terres Inovia et l’ITB) qui sont impliqués dans le projet sont organisés en groupes nationaux d’actions transversales, et groupes régionaux pour la mise en œuvre du projet. En effet, l’Action s’ancre dans 5 territoires : Béarn, Berry, Champagne, Lauragais et Picardie.

Les trophées ITA Innov récompensent, tous les 2 ans, les découvertes et innovations issues de la recherche appliquée française des instituts techniques agricoles (ITA). Le concours est placé sous le haut patronage des ministères de l’Agriculture et de l’alimentation et de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Pour cette 3è édition l’ACTA a reçu 37 candidatures. Le jury en a retenu 11. 4 ont reçu un prix.

Le jury d’experts, présidé par Claude Bernhard, Directeur d’Agreenium, compte 19 représentants des univers de la recherche, de l’entreprise, de la sphère institutionnelle et de la société civile.

Syppre vise à construire les systèmes de cultures de demain répondant aux enjeux de la triple performance : productivité physique, rentabilité, excellence environnementale. L’enjeu est de produire des connaissances et des outils pour accompagner la transition vers des systèmes durables et multi-performants. Syppre s’inscrit dans une dynamique nationale et européenne d’appréhension de l’agriculture avec une approche globale, systémique, inter-filière et de partage d’informations avec les agriculteurs directement impliqués.

Contacts Presse :

Xavier GAUTIER – ARVALIS – Institut du végétal – Tel 01 44 31 10 20 / 06 80 31 31 53 – presse@arvalis.fr

Hélène DORCHIES – ITB – Tel 01 44 69 43 54 / 06 13 86 22 54 – h.dorchies@itbfr.org

Tiphaine de BELLOY – Terres Inovia –Tel 01 39 53 01 10 – belloy@droitdevant.fr

Arvalis, l’ITB et Terres Inovia font partie du réseau Acta – Les instituts techniques agricoles

Le projet Syppre a le soutien du Groupement d’Intérêt Scientifique Grandes Cultures à Hautes Performances Economiques et Environnementales

Arvalis et Terres Inovia sont composantes de l’institut Carnot Plant2Pro®

L’Action Syppre se dote d’un site internet pour valoriser ses expériences

Article publié le 23 septembre 2019

L’Action Syppre lance son site internet www.syppre.fr en direction des agriculteurs et techniciens agricoles, mais aussi des décideurs politiques et professionnels. Le site présente tous les leviers agronomiques mis au point permettant de « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » :

  • Présentation de l’Action Syppre au niveau national : objectifs, méthodologie, indicateurs, partenaires, actualités
  • Présence actuelle dans 5 régions (Béarn, Berry, Champagne, Lauragais, Picardie) décrite à travers les objectifs, la plateforme expérimentale, le système innovant, le réseau d’agriculteurs, les partenaires, l’actualité et les résultats en cours
  • Thématiques transversales (couverts végétaux, fertilité des sols, protection des cultures, résultats économiques) illustrées par les travaux et les résultats en cours
  • Supports disponibles aux niveaux régional et national

Un espace de discussion est ouvert dans chacune des rubriques régionales.

Le site se dote également d’une newsletter. Possibilité de s’abonner via le lien suivant : https://syppre.fr/inscription-a-la-newsletter-du-projet-syppre/

Rappelons que l’Action Syppre a lancé en juin 2019 un appel à labellisation pour inviter de nouveaux partenaires à rejoindre la communauté Syppre avec des projets régionaux existants ou en construction.

De plus, l’Action Syppre a été nommée dans la catégorie « Equipe innovante » de la 3ème édition du concours ITA’Innov, organisé par l’Acta-les instituts techniques, récompensant les équipes ayant contribué à la création de valeur au sein des filières et des territoires.

L’Action Syppre valorise ses expériences et affiche son ambition 5 ans après son lancement !

Contacts Presse :

Xavier GAUTIER ARVALIS – Institut du végétal – Tel 01 44 31 10 20 / 06 80 31 31 53 – presse@arvalis.fr

Hélène DORCHIES – ITB – Tel 01 44 69 43 54 / 06 13 86 22 54 – h.dorchies@itbfr.org

Tiphaine de BELLOY – Terres Inovia –Tel 01 39 53 01 10 – belloy@droitdevant.fr

Arvalis, l’ITB et Terres Inovia font partie du réseau Acta – Les instituts techniques agricoles

Le projet Syppre a le soutien du Groupement d’Intérêt Scientifique Grandes Cultures à Hautes Performances Economiques et Environnementales

Arvalis et Terres Inovia sont composantes de l’institut Carnot Plant2Pro®

L’Action Syppre lance un appel à labellisation pour élargir le socle de son expertise régionale

Article publié le 6 juin 2019

Initiée en 2013 par trois Instituts Techniques Agricoles (ARVALIS – Institut du végétal, ITB – Institut Technique de la Betterave et Terres Inovia), l’Action Syppre élargit le socle de son expertise en s’ouvrant à de nouveaux projets régionaux, pour accompagner le changement des systèmes de culture vers la multi-performance, en s’inscrivant dans la démarche agro-écologique.

Actuellement, Syppre repose sur 5 milieux agricoles contrastés, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn. L’objectif de l’appel à labellisation consiste à inviter de nouveaux partenaires à rejoindre l’Action Syppre avec des projets régionaux existants ou en construction.

L’action Syppre comprend trois volets techniques – un observatoire des systèmes de production et de leurs performances, des plateformes expérimentales prospectives, des réseaux d’agriculteurs – dont la mise en place dans chacune des régions est progressive, tout en visant à terme la réalisation complète du dispositif.

La labellisation de nouveaux projets régionaux permet d’élargir le spectre des situations étudiées, de partager un plus grand nombre de solutions innovantes, de renforcer l’assise des résultats acquis et d’améliorer ainsi l’utilité et la notoriété de l’Action Syppre.

Les candidats s’engagent à respecter le cahier des charges de la labellisation, en partageant un intérêt pour une approche systémique et collaborative de la R&D agricole dans le cadre des enjeux de Syppre, notamment vis-à-vis de la fertilité des sols, du bilan carbone et de la gestion de la flore adventice.

Les trois Instituts Techniques Agricoles fondateurs s’engagent, pour leur part, à mettre à disposition des nouveaux projets régionaux l’ensemble des outils et méthodes déjà construits durant les premières années de l’Action Syppre, et de faire bénéficier les nouveaux partenaires de l’organisation en place.

Les lauréats s’engagent pour 5 ans dans l’Action Syppre avec un renouvellement à l’issue de cette première période, selon des conditions qui seront fixées par une convention. Une phase transitoire d’une année visera à permettre aux candidats d’adopter progressivement les pratiques du dispositif Syppre avant d’y être pleinement intégrés.

Une contribution sera demandée aux partenaires pour participer aux coûts d’animation de l’Action Syppre et à la mise à disposition des outils et expertises des trois Instituts au bénéfice des projets.

Le dossier de candidature est disponible ici.

Dates clés :

  • 15 oct. 19 = limite de dépôt des dossiers ;
  • 16 sept. 19 = session de réponses aux questions des candidats ;
  • 15 nov. 19 = résultats et réponses écrites aux candidats.

Limiter l’usage des intrants, améliorer la fertilité du sol en préservant les revenus

Article publié le 29 juin 2017

Le 29 juin 2017 les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » située en sols argilo-calcaires à Villedieu-sur-Indre dans le Berry. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition pour limiter l’usage des intrants tout en gagnant en robustesse

La plateforme Syppre en sols argilo-calcaire du Berry doit permettre aux agriculteurs de réduire l’usage des intrants sans impacter la marge, notamment en améliorant la gestion des adventices et la fertilité du sol, pour gagner en robustesse.

Ces objectifs sont attendus grâce à une série de leviers clés :

  • Allongement et diversification des cultures de la rotation
  • Introduction de légumineuses en interculture, en culture principale et en culture associée pour apporter de l’azote au système
  • Couverture quasiment permanente du sol en lien avec une simplification du travail du sol
  • Introduction de cultures de printemps à faible exigence en intrants (soja, sorgho, tournesol)
  • Introduction de séquences culturales permettant de produire trois cultures en deux ans
  • Introduction d’une culture à forte valeur ajoutée (lentille)
  • Enchaînement de deux cultures de printemps pour réduire la pression des adventices d’hiver
  • Introduction du maïs pour réduire le salissement, avec une implantation par strip-till pour préserver la qualité des sols

« La rentabilité économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, limitation des charges, qualité et diversification des cultures avec la recherche de productions à forte valeur ajoutée » explique Bernard de VERNEUIL, agriculteur, représentant Terres Inovia. « L’expertise, la complémentarité et l’approche systémique des 3 instituts techniques des grandes cultures offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers » complète Franck WIACEK, directeur des actions régionales chez ARVALIS – Institut du végétal.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre.

Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

  • La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
  • La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
  • L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur
environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.

Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 6 partenaires de la plateforme Syppre en sols argilo-calcaires du Berry

Chambre d’agriculture de l’Indre, AXEREAL, Ets Villemont, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia.

Chiffres clés de Syppre en sols argilo-calcaires du Berry

6 partenaires
9 hectares d’essais
36 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre

Jusqu’à +10 % de productivité/ha
-10 à -40 % d’intrants
-10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
+1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Préserver la fertilité des sols et réduire les émissions de gaz à effet de serre

Article publié le 28 juin 2017

Le 28 juin 2017 les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » implantée en sols de limons profonds à Estrées-Mons en Picardie. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition pour mieux préserver les sols et la qualité de l’air

La plateforme Syppre en limons profonds de Picardie doit permettre aux agriculteurs de produire des matières premières alimentaires et de la biomasse de qualité et en quantité, en préservant la fertilité des sols et en limitant la dépendance aux engrais azotés minéraux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces objectifs sont attendus grâce à une série de leviers clés :

  • Diversification des rotations
  • Introduction de légumineuses en interculture, en culture principale et en culture associée pour apporter de l’azote au système
  • Augmentation des durées de couverture du sol pour simplifier le travail du sol en favorisant la fertilité
  • Uniformisation de l’écartement d’implantation pour utiliser les mêmes matériels sur plusieurs cultures
  • Introduction de culture de maïs pour augmenter la restitution de matière organique
  • Choix de la culture suivante pour valoriser l’azote des légumineuses
  • Valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol

« La rentabilité économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, qualité des productions et adaptation aux nombreux débouchés agro-industriels de la région» explique Alexandre QUILLET, Président de l’Institut Technique de la Betterave. « La préservation de la qualité des sols est prioritaire. L’augmentation de la durée de couverture des sols et l’introduction de légumineuses sont des pistes intéressantes qui doivent être précisément évaluées pour que les producteurs fassent les meilleurs choix» complète Didier LOMBART, agriculteur dans la Somme et président de la Commission Régionale d’Orientation Professionnelle d’ARVALIS.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre.

Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

  • La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
  • La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
  • L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur
environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.

Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 16 partenaires de la plateforme Syppre en limons profonds de Picardie

Chambre d’agriculture des Hauts de France, Chambre d’agriculture de l’Aisne, de l’Oise, de la Somme, du Nord – Pas de Calais, Tereos, Unéal, Noriap, Nord Négoce, Agro-Transfert, Inra d’Estrées-Mons, CETA des Hauts de Somme, Unilet, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia.

Chiffres clés de Syppre en limons profonds de Picardie

16 partenaires
10 hectares d’essais
45 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre

Jusqu’à +10 % de productivité/ha
-10 à -40 % d’intrants
-10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
+1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Adapter les systèmes spécialisés en maïs avec couverts végétaux et cultures de diversification

Article publié le 20 juin 2017

Le 20 juin 2017 les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » située à Sendets à l’Est de Pau. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition pour lever les contraintes techniques

La plateforme Syppre de Sendets se situe en terres humifères du Béarn. Elle doit permettre aux agriculteurs d’adapter leur système spécialisé en maïs aux contraintes techniques et réglementaires tout en maintenant sa rentabilité. Cet objectif est attendu grâce à une série de leviers clés :

  • Assolement du maïs avec des cultures de diversification
  • Introduction de légumineuses en interculture, en culture principale et en culture associée pour réduire les apports azotés minéraux
  • Simplification du travail du sol
  • Couverture permanente du sol pour limiter les levées d’adventices
  • Valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol
  • Ajustement de l’itinéraire technique du maïs pour réduire les frais de séchage et favoriser le développement des couverts semés après la récolte
  • Optimisation de la productivité des séquences culturales : 2 cultures en 1 an ou 5 cultures en 3 ans.

« La rentabilité économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, limitation des charges de séchage, qualité des productions » explique Christophe TERRAIN, Président d’ARVALIS. « L’introduction d’une diversification des assolements mérite des études très approfondies pour vérifier dans quelles conditions elle apporte les meilleurs bénéfices sans déstabiliser les débouchés existants » complète Daniel PEYRAUBE, agriculteur dans les Landes et président de la Commission d’Orientation Professionnelle d’ARVALIS en Nouvelle Aquitaine.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre. Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

  • La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
  • La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
  • L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.

Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 5 partenaires de la plateforme Syppre en terres humifères du Béarn

Chambre d’agriculture des Pyrénées – Atlantiques, Euralis, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia.

Chiffres clés de Syppre en terres humifères du Béarn

5 partenaires
3 hectares d’essais
36 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre

Jusqu’à +10 % de productivité/ha
-10 à -40 % d’intrants
-10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
+1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Réduire les émissions de gaz à effet de serre et préserver la fertilité des sols

Article publié le 14 juin 2017

Le 14 juin 2017, dans le cadre des Culturales®, les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » en terres de craie de Champagne, située sur la Ferme 112 à Bétheny, aux portes de Reims. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites au moins jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition pour mieux préserver les sols et la qualité de l’air

La plateforme Syppre en terres de craie de Champagne se situe au coeur du dispositif expérimental de la Ferme 112. Elle s’intéresse à la production de matières premières alimentaires et de biomasse, de qualité et en quantité, en limitant la dépendance aux engrais azotés minéraux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et en préservant la fertilité des sols. Cet objectif doit être atteint grâce à une série de leviers clés :

  • Allongement et diversification de la rotation
  • Introduction de légumineuses en culture principale, en culture associée et en interculture pour apporter de l’azote au système
  • Augmentation des durées de couverture du sol pour simplifier le travail du sol et favoriser la fertilité
  • Introduction de cultures de printemps à faible exigence en intrants
  • Introduction de séquences culturales permettant de produire trois cultures en deux ans
  • Choix de la culture suivante pour valoriser l’azote des légumineuses
  • Valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol
  • Association de deux cultures (pois, céréales) pour gagner en productivité

« La reconquête de la performance économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, diversité et qualité des productions et des débouchés. » explique Sébastien WINDSOR, président de Terres Inovia. « L’étude approfondie des cultures intermédiaires et de leur impact pourrait nous faire progresser pour améliorer la fertilité des sols. De plus, leur valorisation en tant que biomasse doit être sérieusement évaluée» complète Vincent LAUDINAT, Directeur général de l’ITB.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre. Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

  • La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
  • La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
  • L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.

Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 13 partenaires de la plateforme Syppre en terres de craie de Champagne

Chambre régionale d’agriculture du Grand Est, Chambre d’agriculture de la Marne, Chambre d’agriculture de l’Aube, Cristal Union, Vivescia, Acolyance, Soufflet, CETA de Romilly, FNAMS, Agro-Transfert, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia

Chiffres clés de Syppre en terres de craie de Champagne

  • 13 partenaires
  • 13 hectares d’essais
  • 45 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre

  • Jusqu’à +10 % de productivité/ha
  • -10 à -40 % d’intrants
  • -10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
  • +1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Stimuler l’innovation pour améliorer la fertilité des sols et limiter l’érosion

Article publié le 31 mai 2017

Le 31 mai 2017 les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de
demain » située sur la Ferme d’En Crambade à Montesquieu-Lauragais à l’Est de Toulouse. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition en situation non irriguée

La plateforme Syppre de Montesquieu-Lauragais se situe en sols argilo-calcaires. Elle s’intéresse aux situations où l’irrigation n’est pas possible. Le système étudié vise à améliorer la fertilité du sol en même temps que la productivité et la rentabilité. Cet objectif est attendu grâce à une série de leviers clés :

  • Allongement et diversification de la rotation
  • Introduction de légumineuses en culture principale, en culture associée et en interculture pour apporter de l’azote au système
  • Mise en place d’un couvert permanent pour simplifier le travail du sol
  • Introduction de cultures de printemps à faible exigence en intrants
  • Choix de séquences culturales permettant de produire trois cultures en deux ans
  • Choix de la culture suivante pour valoriser l’azote des légumineuses
  • Valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol

« La reconquête de la performance économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, qualité des productions et débouchés. » explique Yvon PARAYRE, agriculteur en Haute-Garonne, Président de la Commission d’Orientation Professionnelle d’ARVALIS et Terres Inovia en Occitanie. « L’introduction de légumineuses en culture principale, en culture associée et en interculture mérite des observations très approfondies pour vérifier dans quelles conditions elles apportent les meilleurs bénéfices en matière d’azote pour le système de culture» complète Jean-Jacques RAMADE, agriculteur en Haute-Garonne, administrateur de la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre. Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :
La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur environnement d’amont et d’aval.
Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.
Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 10 partenaires de la plateforme Syppre en Lauragais
Chambre régionale d’agriculture d’Occitanie, Chambre d’agriculture de la Haute-Garonne, Conseil départemental de la Haute-Garonne, Agro d’Oc, Arterris, Val de Gascogne, Lycée d’Enseignement Général et Technologique de Toulouse-Auzeville, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia

Chiffres clés de Syppre en Lauragais
10 partenaires
5 hectares d’essais
20 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre
Jusqu’à +10 % de productivité/ha
-10 à -40 % d’intrants
-10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
+1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

Article publié le 11 mars 2016

1000 enquêtes réalisées auprès des agriculteurs, 5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, le projet Syppre est original à plus d’un titre. Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès de plus de 1000 agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offriront la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constitueront une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Une démarche pour et avec les agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs sont impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.
Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs seront disponibles et contribueront à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Syppre
Maintenir les marges économiques et viser la multi-performance
Jusqu’à + 10 % de productivité/ha

  • 10 à – 40 % d’intrants
  • 10 à – 30 % d’émission de gaz à effet de serre
  • 1 à + 4 pour mille par an de carbone dans le sol

Contact Presse :

Xavier GAUTIER – ARVALIS – Institut du végétal – P. 06 80 31 31 53
Tél. 01 44 31 10 20 – presse@arvalisinstitutduvegetal.fr
Lucie VIOU – ITB – T.01 42 93 13 38 – viou@itbfr.org
Charlotte de BRIANÇON – Terres Inovia – T.01 39 53 53 33 briancon@droitdevant.fr