Préserver la fertilité des sols et réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le 28 juin 2017 les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres Inovia inaugurent l’une des cinq plateformes prospectives Syppre « Construire ensemble les systèmes de culture de demain » implantée en sols de limons profonds à Estrées-Mons en Picardie. L’objectif est de tester des systèmes de culture innovants, de les comparer aux pratiques actuelles pour aider les agriculteurs à choisir les plus robustes et les moins dépendants des intrants et des aléas. Alliant agronomie et écologie, les expérimentations conduites jusqu’en 2025 sont établies à partir d’une démarche de co-conception impliquant organismes de recherche, agriculteurs et acteurs régionaux.

Audace et ambition pour mieux préserver les sols et la qualité de l’air

La plateforme Syppre en limons profonds de Picardie doit permettre aux agriculteurs de produire des matières premières alimentaires et de la biomasse de qualité et en quantité, en préservant la fertilité des sols et en limitant la dépendance aux engrais azotés minéraux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces objectifs sont attendus grâce à une série de leviers clés :

  • Diversification des rotations
  • Introduction de légumineuses en interculture, en culture principale et en culture associée pour apporter de l’azote au système
  • Augmentation des durées de couverture du sol pour simplifier le travail du sol en favorisant la fertilité
  • Uniformisation de l’écartement d’implantation pour utiliser les mêmes matériels sur plusieurs cultures
  • Introduction de culture de maïs pour augmenter la restitution de matière organique
  • Choix de la culture suivante pour valoriser l’azote des légumineuses
  • Valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol

« La rentabilité économique des exploitations est majeure et combine productivité/ha, qualité des productions et adaptation aux nombreux débouchés agro-industriels de la région» explique Alexandre QUILLET, Président de l’Institut Technique de la Betterave. « La préservation de la qualité des sols est prioritaire. L’augmentation de la durée de couverture des sols et l’introduction de légumineuses sont des pistes intéressantes qui doivent être précisément évaluées pour que les producteurs fassent les meilleurs choix» complète Didier LOMBART, agriculteur dans la Somme et président de la Commission Régionale d’Orientation Professionnelle d’ARVALIS.

Construire ensemble les systèmes de culture de demain

5 plateformes prospectives réparties dans toute la France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux, observatoire des pratiques, … le projet Syppre est original à plus d’un titre.

Inscrit dans la durée, jusqu’en 2025, il doit faire émerger les systèmes de culture de demain en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable.

Le projet Syppre a pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance :

  • La productivité physique : maximiser la production tout en respectant les critères de qualité exigés par les marchés
  • La rentabilité économique : garantir la rémunération du travail et du capital investi
  • L’excellence environnementale : diminuer les impacts environnementaux des pratiques (engrais, produits phytosanitaires) et faire face aux défis climatiques

Prendre des risques à la place des agriculteurs

Dans la droite ligne de la mission des instituts techniques, à savoir favoriser l’émergence de systèmes de production multi-performants adaptés à leur contexte, le projet Syppre concerne au premier chef les agriculteurs et leur
environnement d’amont et d’aval.

Des réseaux d’agriculteurs seront impliqués dans la conception des systèmes étudiés, participant ainsi à l’innovation et jouant à la fois le rôle de miroir, d’évaluateur et de porte-parole du projet, dans une démarche collaborative.

Les enseignements issus des plateformes et des réseaux d’agriculteurs sont disponibles entre autre via des visites organisées, des réunions d’information, … et contribuent à alimenter les préconisations régionales des instituts et des partenaires.

Une méthodologie globale et originale

Le projet Syppre repose sur une méthode originale qui combine des observatoires, des plateformes expérimentales et des réseaux d’agriculteurs. L’observatoire suit l’évolution des pratiques et des performances des systèmes de production actuels. Il est fondé entre autres sur des enquêtes auprès d’agriculteurs répartis à travers toute la France.

Cet observatoire a contribué à mettre en place des plateformes expérimentales dans 5 milieux agricoles contrastés de grandes cultures, à savoir limons profonds de Picardie, terres de craie de Champagne, argilo-calcaires superficiels du Berry, argilo-calcaires des coteaux du Lauragais et terres humifères du Béarn.

Ces plateformes offrent la possibilité de mettre à l’épreuve du terrain des systèmes de culture innovants et de définir des pratiques et des stratégies originales qui constituent une ressource pour les agriculteurs et leurs conseillers.

Les 16 partenaires de la plateforme Syppre en limons profonds de Picardie

Chambre d’agriculture des Hauts de France, Chambre d’agriculture de l’Aisne, de l’Oise, de la Somme, du Nord – Pas de Calais, Tereos, Unéal, Noriap, Nord Négoce, Agro-Transfert, Inra d’Estrées-Mons, CETA des Hauts de Somme, Unilet, ARVALIS – Institut du végétal, Institut Technique de la Betterave, Terres Inovia.

Chiffres clés de Syppre en limons profonds de Picardie

16 partenaires
10 hectares d’essais
45 parcelles d’étude

Les attendus du projet Syppre

Jusqu’à +10 % de productivité/ha
-10 à -40 % d’intrants
-10 à -30 % d’émission de gaz à effet de serre
+1 à +4 pour mille par an de carbone dans le sol

Sur la même thématique

 

Dans la même région

 

 

A lire aussi

 

Bilan de huit ans d’essais pour réduire l’usage des produits phytosanitaires

Après huit ans d’expérimentation, la majorité des plateformes de l’Action Syppre a réduit ses IFT, sans toutefois atteindre l’objectif initial de -50 %. Si la rotation semble effectivement avoir un effet sur la réduction des IFT, la diversification est, selon les cas, un levier ou un frein.     L’un des axes travaillés par Arvalis, l’ITB

Les derniers
articles