Les résultats

Chaque année, les expérimentateurs du projet Syppre en sols argilo-calcaires du Berry font un bilan des résultats et enseignements, de la campagne écoulée, et en pluriannuel depuis le début de l’expérimentation.

Un contexte climatique plutôt favorable et une bonne maitrise technique : des résultats très prometteurs en 2023

La campagne 2022 – 2023 se caractérise par des températures exceptionnellement hautes à l’automne, conduisant à différents phénomènes :

  • un développement trop rapide des céréales (en particulier le blé de pois bénéficiant d’importants reliquats azotés),
  • un développement important des couverts (2 à 3 t MS/ha),
  • un rattrapage des colzas, dont la levée et le début de croissance ont été pénalisés par le climat sec en août.

Durant l’hiver et jusqu’à la fin du printemps, des périodes de sécheresse alternent avec des épisodes pluvieux sur la plateforme, ce qui complique la gestion de la reprise des sols et des adventices (destruction mécanique impossible) pour les cultures de printemps, mais leur implantation reste très satisfaisante. La pluviométrie est ensuite régulière sur le printemps et l’été.

Du fait de ces conditions climatiques favorables à la croissance, les céréales présentent des bons potentiels de rendement (forte fertilité épis), mais la phase de remplissage se montre limitante, à cause du nombre important de grains et d’épisodes de stress hydrique en fin de cycle, sur des sols à faible RU. Les objectifs de rendements sont finalement atteints, en témoin comme en innovant. De même, les rendements sont très satisfaisants pour les cultures de printemps (millet, tournesol), en témoin comme en innovant, celles-ci ont bien valorisé les précipitations de fin de printemps. En revanche, les résultats en pois et colza sont décevants ; échecs qui s’expliquent par l’ascochytose en pois et par des causes diverses en colza (conditions sèches en début de cycle, dégâts de larves de charançon du bourgeon terminal et de méligèthes, concurrence adventices…).

Gestion des adventices : une priorité sur la plateforme

Si la gestion des ravageurs, des maladies, de la verse et de la nutrition des cultures est relativement bien maitrisée depuis le début de l’essai, en revanche la gestion des adventices reste une problématique centrale sur la plateforme (tableau 1). A la suite de la reconception du système en 2022, où la maîtrise des adventices est ressortie comme enjeu majeur, des nouvelles règles de décision ont été mises en œuvre lors de la campagne 2023 : en cas de dérive de salissement en fin de rotation, le millet est alors introduit après le blé de pois (cf figure 1). Un tournesol est également introduit à la place du colza en témoin, du fait de la dégradation de gestion des graminées.

Figure 1 : Assolements témoin et innovant 2022 – 2023 (application des nouvelles règles de décision du choix des cultures.)

La campagne 2023 confirme les résultats des années précédentes, à savoir :

  • Intérêt de la rupture avec des cultures d’été, en particulier du millet qui peut être semé mi-mai après les dernières levées de vulpins (orge suivant la succession millet – tournesol très propre en 2023), mais dégradation avec l’enchaînement de 3 cultures d’hiver (2023 : pression graminées en blé suivant la succession blé – pois, et blé suivant la succession blé améliorant – colza).
  • Intérêt de la stratégie d’évitement des levées de graminées (glyphosate puis semis en direct) lorsque les conditions le permettent.
  • L’amélioration de la gestion des adventices en 2022 et 2023 est également liée à l’intensification des programmes désherbages herbicide en céréales et colza (et dans une moindre mesure tournesol).

Dans le système témoin, l’introduction du tournesol devrait permettre d’améliorer la maitrise des adventices.

Tableau 1. Evaluation de la maîtrise technique et agronomique pour chaque rubrique de gestion des systèmes de culture innovant et témoin (vert => satisfaisante, jaune => moyennement satisfaisante, rouge => non satisfaisante).

En pluriannuel, on note également une difficulté dans la maitrise technique de l’interculture et du travail du sol et à atteindre les objectifs de rendement, mais la situation s’améliore sur ces deux volets en 2023.

Vers une atteinte de la multiperformance ?

Les écarts de performances entre témoin et innovant, sur l’ensemble des indicateurs, sont assez réduits sur cette campagne, avec un système témoin en tournesol – blé – orge. La tendance en 2023 est différente de la moyenne pluriannuelle, puisque les objectifs de performances économiques sont atteints (marges globalement équivalentes), mais les objectifs de productivité, d’usage d’intrants et performance environnementale ne sont pas totalement atteints (principalement en termes de réduction d’IFT).
En pluriannuel, on peut noter que l’atteinte des objectifs économiques est variable : les années à été humide (2017, 2021, 2023) sont favorables aux cultures de printemps et donc au système innovant. De plus, on observe une amélioration des performances du système innovant, au moins équivalentes à celles du témoin ces 3 dernières campagnes, qui peut s’expliquer par des différentes raisons : remplacement du maïs par le millet (particulièrement performant ces 2 dernières campagnes, avec une pluviométrie suffisante fin de printemps), amélioration de la maitrise technique globale, amélioration de la maitrise des adventices… En revanche, en moyenne pluriannuelle, la marge du système innovant reste inférieure à celle du témoin et plus variable, traduisant un manque de robustesse.
Enfin, les performances du système innovant sont en moyenne très bonnes en termes de réduction de l’usage des intrants et des impacts environnementaux, grâce à l’introduction de cultures de diversification peu exigeantes en intrants. Cependant, si l’apport d’azote minéral est stable voire diminue depuis 2016 (objectif de réduction atteint presque chaque année), l’IFT est en augmentation ces dernières années, et en 2023 il est supérieur au témoin. Cela s’explique principalement par des programmes herbicides chargés sur céréales, dans une moindre mesure sur colza voire sur tournesol en 2023.

Tableau 2. Performances du système de culture innovant (et variation par rapport à l’objectif).

Des enseignements utiles pour répondre aux défis des systèmes de production de Champagne berrichonne

Que les résultats soient positifs ou négatifs, ces premières années d’expérimentation du système innovant ont permis de générer des enseignements utiles à tous ceux qui souhaitent s’engager dans la transition agroécologique en sols argilo-calcaires moyens (tableau 3).

Tableau 3 : Enseignements des 7 premières années d’expérimentation du système innovant du Berry.

Pour aller plus loin