Les résultats

Chaque année, les expérimentateurs de l’action Syppre en sols argilo-calcaires du Berry font un bilan des résultats et enseignements de la campagne écoulée et leur synthèse depuis le début du projet.

La diversification, stratégie payante cette année, avec un été 2021 très arrosé

La campagne 2020-2021 a été marquée par un début de campagne très sec qui a pénalisé les implantations des couverts d’interculture et du colza et un retour des pluies mi-octobre qui a permis une bonne réussite des implantations des céréales d’hiver et du pois. Au printemps, le gel tardif de début avril a fortement pénalisé le pois d’hiver et le colza. Les semis des cultures de printemps ont ensuite été réalisés en très bonnes conditions sur sol ressuyé. La levée du millet a cependant été pénalisée par une phase de sec au mois de juin. L’été qui a suivi, très arrosé, a été favorable aux espèces à cycle estival. Cette pluviométrie a en revanche pénalisé la fin de cycle de la lentille et occasionné de fortes levées de dicotylédones estivales.

Le retour de l’usage du glyphosate sur la plateforme a permis d’éviter de travailler le sol et de semer les céréales d’hiver en semis direct, limitant ainsi les levées d’adventices. L’impasse de désherbage chimique sur tournesol et la levée hétérogène du millet se sont traduites par un mauvais contrôle des adventices dans ces cultures, pénalisant ainsi leurs résultats, dans un contexte pourtant favorable.

En pluriannuel, on constate globalement une bonne maîtrise agronomique du système innovant, notamment en termes de gestion des maladies et des ravageurs ainsi que de la nutrition en éléments minéraux des cultures (tableau 1). En revanche, on remarque une difficulté à atteindre les rendements objectifs et à contrôler les adventices malgré l’allongement conséquent de la rotation et le retour du glyphosate en 2021.

Tableau 1 : Évaluation de la maîtrise technique et agronomique pour chaque rubrique de gestion du système de culture innovant (vert = satisfaisante, jaune = moyennement satisfaisante, rouge = non satisfaisante).

Forte réduction de l’usage des intrants et rentabilité élevée

Les performances du système innovant sont très bonnes en termes de réduction de l’usage des intrants et des impacts environnementaux (tableau 2). Les résultats économiques sont plus variables. En 2021, comme en 2017, les performances économiques sont très bonnes comparées au témoin, grâce à un rendement correct des cultures d’été du fait de conditions climatiques favorables. Les années avec des été secs pénalisent en revanche fortement la rentabilité du système innovant. En pluriannuel, si l’écart de rentabilité entre les 2 systèmes est très faible, la variabilité est en revanche beaucoup plus élevée dans l’innovant, traduisant un manque de robustesse

Tableau 2 : Performances du système de culture innovant (et variation par rapport à l’objectif)

1Référence régionale région Centre de 2012 calculée pour l’assolement du système témoin (colza/blé/orge) = 5,26. Attention : le calcul de la référence régionale est basé sur la dose minimale homologuée alors que le calcul de l’IFT Syppre (SYSTERRE) est basé sur la cible.

Des enseignements utiles pour répondre aux défis des systèmes de production de Champagne berrichonne

Que les résultats soient positifs ou négatifs, ces 6 premières années d’expérimentation du système innovant ont permis de générer des enseignements utiles à tous ceux qui souhaitent s’engager dans la transition agroécologique en sols argilo-calcaires moyens (tableau 3).

Tableau 3 : Enseignements des 5 premières années d’expérimentation du système innovant du Berry

Pour aller plus loin