Plateforme du Berry : bilan de la campagne 2019

La campagne qui vient de s’achever a été marquée par des écarts climatiques importants, avec un fort déficit hydrique depuis mai 2018. Mais la plateforme peut néanmoins compter sur de belles réussites.

Couvert en interculture sur la plateforme du Berry le 3 octobre 2019 (photo G.Sauzet)

Les points positifs

Les blés, installés derrière le pois et le colza, ont été fortement enherbés de vulpin en sortie d’hiver. Facilité par une météo clémente, le désherbage mécanique réalisé en février 2019 avec une herse étrille a permis de supprimer 60% de cette adventice et d’avoir un rendement correct, en blé de colza en particulier.

Le blé de tournesol a été installé en semis direct. Résultat : des parcelles très propres, une absence de vulpin et des rendements supérieurs aux prévisions. Depuis quatre campagnes, le tournesol est, en effet, un précédent qui permet d’obtenir un blé peu enherbé en vulpin, peu consommateur d’intrants désherbage et d’exprimer son potentiel.

L’orge témoin a été retourné pour faire de l’orge de printemps car, malgré un semis retardé, la pression du vulpin est forte. Mais la culture est de très bonne qualité.

Adventices : la succession de colza, maïs et tournesol en système innovant a permis d’éviter des levées de vulpin dans le blé. Quant au tournesol, la culture est intéressante dans le système mis en place par la plateforme car les différentes actions de déchaumage ont limité les levées d’adventices depuis trois ans. De ce fait, la parcelle est propre sans avoir recours au désherbage chimique et le binage est suffisant.

Les points bloquants

Les semis de colza ont été raté, malgré d’une date de semis précoce (au 8 août 2018, juste avant la pluie annoncée). Les précipitations, qui ont eu lieu les 12 et 13 août, ont été plus faibles que les prévisions (7 mm au lieu de 14). Surtout, le sol était très sec et le travail du disque n’a pas créé suffisamment de terre fine. Le positionnement des graines a donc été de mauvaise qualité. La plupart ont séché après germination.  En effet, la profondeur de semis est déterminante, la jeune racine devant vite trouver la fraicheur.

Il a donc fallu trouver des cultures de substitution avec le tournesol et le soja. Le tournesol a résisté correctement. Mais le soja a souffert d’une levée abondante de cénopodes malgré l’utilisation d’herbicides.

Sur la même thématique

 

Plateformes Syppre : bilan de l’arrêt du glyphosate

Le dispositif inter-instituts étudie les pratiques mises en œuvre en l’absence de glyphosate et leurs conséquences sur la maîtrise des adventices et sur l’implantation des cultures. Quatre sites servent de

Dans la même région

 

 

Syppre Picardie : tout est enfin levé !

Les conditions climatiques compliquées du printemps n’ont pas permis des semis et plantations aux dates optimales. Maintenant que toutes les cultures sont levées sur la plateforme Picardie, Terres Inovia vous

Des CIVE pour la méthanisation

« Les CIVE – Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique – mises en place sur la plateforme pour la méthanisation intéressent beaucoup les agriculteurs », déclare Clémence Aliaga, responsable de Syppre Béarn. Ces

A lire aussi

 

Bilan de huit ans d’essais pour réduire l’usage des produits phytosanitaires

Après huit ans d’expérimentation, la majorité des plateformes de l’Action Syppre a réduit ses IFT, sans toutefois atteindre l’objectif initial de -50 %. Si la rotation semble effectivement avoir un effet sur la réduction des IFT, la diversification est, selon les cas, un levier ou un frein.     L’un des axes travaillés par Arvalis, l’ITB

Les derniers
articles