L’utilisation du glyphosate est-elle indispensable?

La mise en place de cultures de céréales sans glyphosate, dans un contexte de fortes pluies, n’a pas été satisfaisante. Premier bilan.

Sur la plateforme Syppre du Berry, certains semis de blé sont implantés derrière un précédent tournesol, en semis direct. « Généralement, la parcelle est propre. Si elle est enherbée, il peut être nécessaire d’appliquer du glyphosate pour faire face aux adventices dicotylédones, et surtout les graminées de type vulpin », explique Gilles Sauzet, coordinateur de la plateforme pour Terres Inovia.

Or, depuis le 22 septembre, les parcelles doivent faire face à des précipitations importantes (plus de 300 ml d’eau, soit autant que lors des huit mois précédents).  « Pour limiter l’invasion du vulpin et du géranium, importants dans ce contexte, une intervention chimique aurait été nécessaire. Mais nous nous l’interdisons sur la plateforme », complète Gilles Sauzet. La solution ? « Nous avons attendu que le sol soit légèrement ressuyé pour pratiquer le labour, puis le semis ensuite, à une date tardive, après le 20 novembre ».

Substituer l’apport du glyphosate par cette pratique n’a pas eu les résultats espérés. « Le labour dans ces conditions a abîmé la structure du sol ». Conclusion ? « Dans un contexte de très bonne porosité biologique, l’utilisation du glyphosate parait indispensable pour éviter de perturber un milieu de qualité. Depuis quatre ans, dans ce cadre, le blé suivant le tournesol, implanté en semis direct, donne les meilleurs résultats de la plateforme tant au niveau de la productivité, de la faiblesse des levées d’adventices, les vulpins en particulier, que de les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) des herbicides ».

Sur la même thématique

 

Dans la même région

 

 

Des CIVE pour la méthanisation

« Les CIVE – Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique – mises en place sur la plateforme pour la méthanisation intéressent beaucoup les agriculteurs », déclare Clémence Aliaga, responsable de Syppre Béarn. Ces

A lire aussi

 

Bilan de huit ans d’essais pour réduire l’usage des produits phytosanitaires

Après huit ans d’expérimentation, la majorité des plateformes de l’Action Syppre a réduit ses IFT, sans toutefois atteindre l’objectif initial de -50 %. Si la rotation semble effectivement avoir un effet sur la réduction des IFT, la diversification est, selon les cas, un levier ou un frein.     L’un des axes travaillés par Arvalis, l’ITB

Les derniers
articles