#SyppreBerry – Interview de Michel Dumont, animateur agronomique à la coopérative Axéréal

Quelle est votre implication concrète sur la plateforme ?

Axéréal est membre du comité de pilotage de la plateforme Syppre Berry après que nous ayons participé à des démarches antérieures auprès des agriculteurs avec Gilles Sauzet dans la région Centre élargie. Nous apportons notre savoir-faire et nos méthodes, et notre vision des principales cultures par rapport à l’institut technique Terres Inovia. A travers nos bonnes relations entre partenaires, la coopérative Axéréal est présente pour renforcer le travail de fond, et nous faisons partie des relais pour communiquer sur les actions entreprises.

Quels enseignements en avez-vous tiré ?

La plateforme Syppre Berry est un dispositif très élaboré avec la présence de toutes les cultures chaque année, des répétitions et des observations. A partir de notre expérience, notre rôle est d’éviter les accidents sur le site et pour les agriculteurs. Nous devons aussi faire le lien entre l’expérimentation et les grandes parcelles de la ferme Axéréal chez les agriculteurs. Le rôle de la coopérative est d’être le garant de la réalité économique. Il faut qu’une innovation puisse se concrétiser chez les agriculteurs en apportant un plus en termes économiques. Par exemple, sur l’arrêt du glyphosate, la plateforme Syppre apporte une solution technique, mais nous jouons un rôle modérateur pour trouver des alternatives qui aient une acceptabilité économique. Autre exemple, sur les associations d’espèces (orge/pois) qui présentent beaucoup de contraintes et dont on a vu les limites, notre expertise permet de tempérer le développement de cette technique et d’apporter des éléments décisionnels à l’agriculteur. Cela dit, Syppre est là pour faire avancer l’agriculture de la région et nous sommes partisans d’aller jusqu’à la rupture en termes de systèmes de culture, notamment avec des rotations longues, tout en gardant à l’esprit la réalité économique.

Sur la même thématique

 

Dans la même région

 

 

A lire aussi

 

Bilan de huit ans d’essais pour réduire l’usage des produits phytosanitaires

Après huit ans d’expérimentation, la majorité des plateformes de l’Action Syppre a réduit ses IFT, sans toutefois atteindre l’objectif initial de -50 %. Si la rotation semble effectivement avoir un effet sur la réduction des IFT, la diversification est, selon les cas, un levier ou un frein.     L’un des axes travaillés par Arvalis, l’ITB

Les derniers
articles