Colloque Syppre Picardie : « C’est à nous, instituts techniques, de prendre les risques »  

Le colloque sdyppre Picardie s'est tenu le 30 mai sous une météo fraîche et humide

La plateforme Syppre Picardie était la seconde à organiser son colloque ce jeudi 30 mai sur la commune d’Estrées Mons (80). Près de 200 personnes ont participé à cette journée, dont une des thématiques traitées était la fertilité du sol.

Près de deux cents personnes ont assisté au colloque Syppre Picardie jeudi 30 mai, afin d’y découvrir les enseignements issus du système innovant, basé sur une rotation de neuf ans. @ O. Jacques

Un public composé majoritairement d’agriculteurs

La météo fraîche et humide, que connaît le nord de la France depuis des semaines, n’aura pas empêché les visiteurs de se rendre nombreux sur la plateforme expérimentale Syppre Picardie jeudi 30 mai. Le public, composé majoritairement d’agriculteurs, de conseillers d’organismes de développement et d’enseignants accompagnés de leurs étudiants, a pu échanger avec les intervenants sur les performances de deux systèmes implantés sur cette plateforme. Notamment sur les enjeux comme l’implantation des cultures industrielles, le pilotage de l’Azote, le bilan Carbone ou encore l’évaluation de l’atteinte de la multiperformance.

Simplifier le travail du sol au maximum

Pour rappel, sont testés en Picardie 2 systèmes : une rotation en 6 ans alternant cultures industrielles et céréales (betterave-blé-pomme de terre-blé-légume-blé), appelé système témoin, et une rotation en 9 ans (betterave -blé-colza associé-blé tendre-maïs-féverole d’hiver-colza associé- pomme de terre-blé tendre), appelé système innovant. Dans ce dernier, le travail du sol est simplifié au maximum et la couverture du sol maximisée.

Une prise de risque par les ITA, pour les agriculteurs

Comme l’a rappelé Gilles Robillard, président de Terres Inovia, en introduisant la journée, ces dispositifs d’essais sont là « pour apporter des solutions combinatoires aux agriculteurs en situation d’impasse techniques ». Et d’ajouter que « c’est à nous, instituts techniques, de prendre les risques » pour apporter ensuite aux agriculteurs des techniques innovantes, par définition nouvelles et dont la maîtrise est à parfaire.

Échanger sur les déconvenues est aussi une manière de conseiller

Et la démarche prend tout son sens au regard des techniques alternatives d’implantation des cultures industrielles. Si le pré-buttage de pomme de terre donne de bons résultats, notamment sur l’amélioration du tassement du sol, le semis des betteraves au strip-till a été abandonné après 5 années d’essai, faute d’avoir pu tirer les bénéfices de cette technique dans ce type de sol.

Témoigner des difficultés et des écueils a permis aux participants de s’exprimer très librement et de s’identifier à la démarche des expérimentateurs.

L’intelligence collective au service de l’innovation

Comme illustré tout au long de cette journée, une des forces du dispositif Syppre réside dans la mise en commun d’une expertise collective aussi bien avec les instituts techniques agricoles qu’avec les partenaires sur le territoire. Ceresia, Unéal, Agrotransfert et le Comité Nord Plant de pomme de terre, partenaires historiques ont d’ailleurs répondu présents pour co-organiser cette journée de visite avec les instituts et mettre en évidence les synergies de R&D au bénéfice des agriculteurs. Le partage et les échanges permis par ce type de dispositifs sont à l’origine des innovations. Gilles Robillard a d’ailleurs conclu son discours de la manière suivante : « les alternatives ne se décrètent pas. Elles s’inventent, se testent, se valident ». Le quotidien sur une plateforme Syppre.

Sur la même thématique

 

Syppre Picardie : tout est enfin levé !

Les conditions climatiques compliquées du printemps n’ont pas permis des semis et plantations aux dates optimales. Maintenant que toutes les cultures sont levées sur la plateforme Picardie, Terres Inovia vous

Dans la même région

 

 

Combattre le ray-grass… sans glyphosate

« Le ray-grass, c’est le grain de sable qui grippe le système », affirme Jean-Luc Verdier, responsable de Syppre Lauragais. En effet, le système innovant développé sur la plateforme Syppre en coteaux

A lire aussi

 

Colloque Syppre Berry

Les colloques Syppre à l’honneur dans la presse

Les colloques Syppre ne sont pas passés inaperçus aux yeux de la presse nationale et locale. Découvrez ce qu’ils en disent. Revue de presse des colloques Syppre Le paysan Tarnais, 23 mai 2024 Dans l’édition print de la semaine du 23 mai, l’hebdomadaire agricole et rural en région du Tarn donne un avant-goût des enseignements

Les derniers
articles